La parabole de la crèche d'Haïfa

Publié le par Laurent

L'histoire se passe dans une crèche à Israël. Les responsables de cette dernière se plaignent des retards répétés de certains parents qui ne viennent pas récupérer leur enfant à 17h00 comme prévu.

L'établissement décide alors de mettre en place une "amende" aux parents qui arriveront en retard. Paradoxalement, cela n'a pas atténué les retards mais, au contraire, affirmé la tendance. Une fois une valeur monétaire mise sur le retard, les parents préféraient payer et arriver à 20h00.

La morale de l'histoire est que l'impôt - censé donner la direction comportementale, censé être dissuasif - tend parfois à devenir un alibi aux actes qui font défaut : "je paye donc je peux".

On constate ce même type de comportement dans la société comme, par exemple, pour la pollution. Dans un but moral, éthique, et de respect de l'environnement, les entreprises trop pollueuses reçoivent des amendes. Ces dernières préfèrent les payer et continuer à polluer...

« L'amende devient une sorte de droit nouveau. »

Jean-Marc Daniel, La parabole de la crèche d'Haïfa :

Publié dans Histoire économique

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :